Accueil » Actualités » L’accompagnement de projet chez Map Yachting : l’interview de Ken Marcovich

L’accompagnement de projet chez Map Yachting : l’interview de Ken Marcovich

6 Mai 2021

« La peinture peut être présentée comme un matériau liquide pouvant être appliqué sur un support convenablement préparé, devenant après séchage un matériau solide, laissant une fine couche (film sec ou feuil sec) continue, adhérente et dotée de propriétés particulières en fonction du support et de la zone du bateau à revêtir » (Gérard Boulant, Expert maritime).

 

  • CRTL : En quoi consiste l’activité de la société Map Yachting ?

La société Map Yachting basée à La Ciotat (13) est le fruit d’une collaboration entre le groupe Sicomin spécialisé dans la formulation de résine époxydes et la société Mapaero spécialisée dans les peintures haute technicité.

Nous proposons à la vente différentes gammes de peinture (industrielle, petite plaisance, premium Yachting) pour tous supports (tous composites, tous métaux, tous bois) et les consommables liés à la peinture (abrasif, ponceuse, système de masquage, protection).

Nous accompagnons nos clients (professionnels et particuliers) dans leurs projets d’application de peinture, sur tous types d’unités (du bateau de pêche au megayacht).

 

  • CRTL : Comment répondez-vous aux besoins spécifiques d’un projet ?

Nous sommes très fréquemment amenés à effectuer des visites techniques sur site pour nous rendre compte de l’état de surface du bateau, du travail à réaliser et des conditions dans lesquelles il sera réalisé.

Cette étape préliminaire nous permet de recueillir un maximum d’informations et paramètres avant d’orienter le client dans la suite de son projet d’application de peinture.

 

  • CRTL : Comment accompagnez-vous votre client pendant le projet ?

Pour visualiser une application de peinture, imaginons un tableau de bord avec des curseurs correspondant à différents modules (conditions météorologiques, ventilation, matériels d’applications, stockage des systèmes, échafaudages, lumières, fatigue, pressions psychologiques éventuelles, etc.) : le vert représente l’optimal, l’orange un risque, le rouge un problème. Avant chaque nouvelle étape, nous dressons le bilan et validons avec notre client tous les modules au vert. Plus le projet est complexe, plus les curseurs sont nombreux.

Par ailleurs, nous demandons à notre client de remplir avec précision un rapport d’application qui lui sera demandé par la suite, si le résultat obtenu n’est pas à la hauteur de ses espérances.

  • CRTL : Arrive-t-il que malgré cet accompagnement, votre client ne soit pas satisfait du résultat obtenu ?

Cela peut arriver, la peinture peut avoir un aspect dit peau d’orange, présenter des coulures, impuretés, poussières, zones sèches ou humides, cloques, décollements, etc.

Les raisons techniques expliquant un résultat non satisfaisant sont variées. Il peut venir de mauvaises conditions d’application, de temps de recouvrement ou de dégazage non respectés, de couches trop fines ou trop épaisses, d’un matériel mal réglé ou impropre à l’utilisation, du savoir-faire de l’applicateur.

La réussite d’une application de peinture dépend à 70% de technique, 20% de savoir-faire, et 10% de part artistique. L’humain est dans la plupart des cas la cause d’une application non-optimale. Le métier de peintre est un métier ingrat, un bon peintre est un peintre humble car l’application parfaite n’existe pas.

La haute technologie chimique française de nos laboratoires permet la production de systèmes très performants et surtout très tolérants. Les avancées techniques des fabricants de matériels de pulvérisation nous permettent d’optimiser les résultats.

 

  • CRTL : Comment déterminez-vous si un résultat non optimal ressort d’un défaut intrinsèque du produit vendu ou d’un défaut de préparation du support / d’application ?

Il est techniquement possible de retracer l’historique des différents cycles d’applications, de revenir sur les phénomènes qui peuvent avoir causé un résultat non acceptable.

Dans les cas particulièrement complexes, nous faisons appel à un expert certifié ACQPA / FROSIO afin d’élucider le phénomène et en comprendre la cause. En procédant à des prélèvements par carottage envoyés à plusieurs laboratoires, les différentes couches sont examinées (nombre de microns par couche, etc.), les temps de recouvrement et de séchage définis.

Ces résultats permettent d’établir objectivement si les systèmes de peinture ont été appliqués dans les règles de l’art ou non.

 

Pour plus d’infos sur la société Map Yachting : https://www.map-yachting.com/home/fr/accueil/

Vous aimerez aussi

1 novembre, 2020

COVID19 ses répercussions – Force Majeure

La définition de la force majeure est édictée par l’article 1218 du code civil lequel dispose qu’il y a force majeure en matière contractuelle lorsqu’un événement échappant au contrôle du débiteur, qui ne(...)

21 juillet, 2020

Le GNL, état des lieux et perspectives

Le GNL (Gaz Naturel Liquéfié), énergie fossile principalement composée de méthane, est aujourd’hui une des solutions de transition énergétique apportant une véritable alternative pour les navires à(...)

3 juin, 2020

Tout savoir sur la lettre de voiture

Une lettre de voiture est un contrat de transport de marchandises qui va lier l’expéditeur de la cargaison, le commissionnaire du transport et enfin le transporteur nommé également « voiturier ». Ce contrat(...)